Avis Ciné : Divergente

de | 9 avril 2014

Neil Burger, le réalisateur de l’Illusionniste, se retrouve à nouveau derrière les caméras pour adapter à l’écran le premier volet de la trilogie écrite par Veronica Roth.

Divergente

Le monde a changé en profondeur : la société est divisée en cinq clans / tempéraments : Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères et Fraternels. Un test détermine le clan auquel appartient chaque citoyen pour le reste de sa vie au cours de son adolescence. Les personnes échouant au test se retrouvent sans faction, abandonnées. Le film suit le destin de Tris, 16 ans, qui n’est faite pour aucune de ces factions : elle est divergente. Elle va devoir cacher son secret pour intégrer le clan le plus brutal : celui des Audacieux.

Le studio à l’origine des adaptions de Twilight et Hunger Games est aux commandes de ce film. Si les adolescents sont évidements la cible privilégiée : une adolescente cherchant à se faire une place dans ce monde hostile, les spectre est beaucoup plus large que celui de Twilight même si certaines scènes sentimentales un peu niaises ont fait rire la salle. Le film est bien rythmé : on ne s’ennui pas, le suspense est maintenu jusqu’à la fin qui clôt vraiment le chapitre (contrairement à Hunger Games 2).

Je recommande ce film aux amateurs d’action et d’intrigues originales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *